Les dispositifs de consignation électronique (DCE) ont fait couler beaucoup d’encre depuis le début de la phase de sensibilisation et de transition de la réglementation sur les DCE, en février 2016. Toutefois, les discussions ont surtout présenté le point de vue des autorités du secteur des transports, des transporteurs et des expéditeurs. Elles font état de l’application rigoureuse des règlements sur les heures de service, de l’amélioration de la sécurité routière et de la réduction des coûts liés aux accidents. On parle aussi de l’effet à long terme d’uniformiser les règles et transformer la relation entre transporteurs et expéditeurs.

Mais qu’en est-il des chauffeurs? Eux, qui sont touchés directement par cette transformation à chaque heure de chaque jour de travail. Leur expérience est clé et ne doit pas être ignorée dans un contexte de pénurie de chauffeurs et de difficulté à maintenir les chauffeurs en poste. 

Se mettre à la place des chauffeurs

Lorsque l’on parle aux chauffeurs professionnels, l’une de leurs préoccupations majeures est de voir leurs revenus diminuer en raison du suivi précis des heures de service qui ne laisse aucune flexibilité pour excéder la limite des heures de conduite et terminer un trajet alors qu’ils ne sont qu’à quelques heures de la ligne d’arrivée. Aussi, les inquiétudes entourant le passage d’un logbook papier à un logbook électronique sont bien réelles. De nombreux chauffeurs sont placés face à une technologie pour laquelle ils ont peu de repères, et ils ont la crainte de voir la technologie compliquer leur journée de travail.

Ces préoccupations sont compréhensibles. La vérité, c’est que tout changement significatif dans notre façon de travailler peut nous rendre moins efficaces pour un certain temps, avant de s’y habituer et d’en récolter les bénéfices.

La courbe du changement

L’étude de l’American Transportation Research Institute (ATRI) sur les impacts du temps d’attente des chauffeurs, publiée en septembre 2019 et basée sur des sondages de 2014 et 2018, montre que les durées de temps d’attente aux sites des clients ont augmenté. Elles seraient en partie liées à des problèmes de processus et de personnel chez les clients, qui n’ont pas encore été résolus.

L’étude révèle également qu’en dépit des DCE qui peuvent désormais enregistrer les temps d’attente, seuls 17 % des chauffeurs ont déclaré avoir partagé avec le client ces données sur la durée de leur attente.

Au fur et à mesure que les acteurs de l’industrie apprendront à exploiter les données mises à disposition par les DCE, les transporteurs et les expéditeurs auront toutes les raisons d’agir pour réduire les inefficacités, dans leur propre intérêt et celui de tous.

Regarder vers l’avenir

Grâce aux effets positifs anticipés sur les relations transporteurs/expéditeurs en exploitant les données, en réduisant les inefficacités et, espérons-le, en diminuant les temps d’attente, les chauffeurs pourraient non seulement récupérer leurs revenus, mais aussi les augmenter. Ils pourraient aussi voir leur expérience s’améliorer dans la cour des clients.

Quant à la complexité perçue des dispositifs de consignation électronique par rapport à la simplicité des carnets de route papier, celle-ci ne devrait pas perdurer. Un ralentissement de l’efficacité fait partie de l’apprentissage de tout nouveau système et est généralement de courte durée.

L’expérience variera d’un chauffeur à l’autre, et dépendra du DCE lui-même. En effet, tous les DCE ne sont pas identiques, et celui que vous choisirez fera une différence dans la façon dont vos chauffeurs vivront ces changements.

Choisir le bon DCE pour attirer des chauffeurs

La conformité avant tout

La conformité est au premier plan lorsqu’il s’agit de choisir une solution de DCE. Le processus d’autocertification prévu par la réglementation américaine sur les DCE exige des transporteurs qu’ils fassent preuve de vigilance afin d’éviter des amendes liées à des lacunes du système. Heureusement, grâce au processus de certification par un organisme indépendant prévu par la réglementation canadienne sur les DCE, les transporteurs pourront avoir l’esprit tranquille. La conformité, toutefois, n’est que le point de départ lorsqu’il s’agit de choisir une solution qui plaira aux chauffeurs.

Facilité d’utilisation

Le DCE installé dans la cabine de votre chauffeur sera-t-il facile d’utilisation? Les options affichées à l’écran sont-elles faciles à repérer et clairement identifiées? Si la réponse est non, le premier contact de votre chauffeur avec l’outil qui est au centre de sa journée et de vos opérations suscitera de la résistance. Les chauffeurs doivent pouvoir accomplir des tâches en quelques clics; ils ne doivent pas avoir à naviguer dans une multitude d’écrans au point de s’y perdre

Économie de temps

Les chauffeurs veulent attendre le moins longtemps possible, que ce soit dans la cour des expéditeurs ou lorsqu’ils utilisent des systèmes électroniques. Votre DCE affiche-t-il les résultats instantanément lorsque l’utilisateur sélectionne une option, ou prend-il une éternité pour afficher les résultats à chaque clic? Une réponse rapide du système permet aux chauffeurs de sentir que le système est à leur service, et non l’inverse.

Qu’en est-il du temps de saisie des données? Le DCE demande-t-il aux chauffeurs de saisir des données qui se trouvent déjà dans vos fichiers centraux ou qu’ils ont déjà saisies dans un écran précédent? Choisissez un système qui demande le moins de saisie possible afin que vos chauffeurs puissent se concentrer sur la conduite.

Contrôles routiers sans tracas

Les contrôles routiers peuvent entraîner des complications inutiles pour vos chauffeurs si la production des renseignements exigés par les autorités est fastidieuse. Cette fonctionnalité est-elle facile d’utilisation, et vos chauffeurs ont-ils reçu une formation suffisante pour l’utiliser? La présence d’une fiche d’instructions à l’intention des autorités dans la cabine est obligatoire, mais il est encore plus avantageux d’avoir un système si simple à utiliser qu’une telle fiche n’est pas nécessaire. Assurez-vous que les camions qui circulent en dehors des zones de couverture cellulaire sont munis de systèmes de communication nécessaires pour présenter des fiches journalières à jour aux autorités. Veillez à ce que les chauffeurs puissent annoter les dossiers de conduite pouvant susciter des questions. Ces mesures atténueront le stress subi par les chauffeurs durant les contrôles routiers et leur éviteront de recevoir des citations pour défaut de transférer ou de présenter les données sur les heures de service.

Au-delà des heures de service

Même si la réglementation sur les DCE est axée sur la consignation des heures de service, pourquoi ne pas aller encore plus loin et envisager des fonctionnalités supplémentaires qui pourraient améliorer vos opérations? Parmi ces fonctionnalités, on compte les vérifications avant départ que les chauffeurs peuvent consigner électroniquement et qui sont rapidement mis à la disposition des répartiteurs et mécaniciens. On compte aussi de puissantes capacités de messagerie qui permettent aux chauffeurs de rester en contact avec les répartiteurs en temps réel pour être avisés sans délai des changements d’itinéraire ou obtenir de l’assistance en cas de besoin. La mise en œuvre de fonctionnalités supplémentaires offertes par certains fournisseurs de DCE pourrait transformer ce « système obligé » en un système « coup de cœur ».

Pour le long terme

Les DCE ont des effets positifs sur l’industrie du transport routier et continueront à en avoir pendant que nous traversons cette courbe de changement. Alors que les acteurs du camionnage s’unissent pour améliorer les inefficacités révélées par les DCE, nous devons nous rappeler que les chauffeurs sont au cœur de cet important changement. Choisir un DCE qui tient compte de leurs besoins et de leur réalité est souhaitable et peut faciliter la transition.

Partagez avec votre réseau!

Vous avez aimé l’article?
Faites-le découvrir à votre réseau!

Ne manquez jamais un article!

Abonnez-vous au blogue et recevez en primeur nos articles directement dans votre boîte de réception.

Qu’en pensez-vous?

  1. Didier 30 mai 2020 at 8:14 am - Reply

    Pour ce qui est du temps d’attente chez mes clients j’ai régler le problème.
    J’alloue 30 mn au chargement et autant au déchargement.
    si ça dépasse , c’est 125$ le l’heure même entamé.
    Ça les faits réfléchir, et ça fonctionne.
    Pour les récalcitrants je leur dit bye bye.
    Fini les cadeaux, le client doit s’assuré que la marchandise et le personnel soit dispo à l’entré du camion dans la cour.
    Je téléphone toujours avant pour être sur, sinon je passe au suivant.